En 2017, à l'occasion des 25 ans d'Amitié entre la Suisse et l'Ukraine, j’ai été invitée à réaliser un projet artistique en Ukraine. Ce projet a abouti en un livre avec, entre autres, des textes de Klitschko et Andrei Kurkov, ainsi qu'en une exposition au National Museum Shevchenko au centre de Kiev.

Ces images montrent la vie qui reprenait ses droits après la guerre du Donbass en 2014. Elles donnent à voir et à entendre Kiev qui cherchait à se réinventer.

Après la révolution de 2014, de nombreuses voix s’élévaient pour construire une nouvelle identité de la ville. Les rues, les places, les bâtiments avaient été remodelés, la foule prenait possession de l’espace urbain, les citoyens trouvaient de nouveaux mots pour parler de leur pays. Même si dans la mémoire collective, les images de guerre étaient encore présentes, les rassemblements de foule dans la vie quotidienne agissaient comme une riposte aux massacres, une victoire sur la tragédie. De nouvelles visions les recouvraient. Nous assistions à la fois à une remémoration et à un dépassement.

Aujourd'hui, ces oeuvres revêtent un sens nouveau et sont devenues des témoins de la guerre actuelle. Cachées dans les caves du musée puis ramenées en Suisse, elles auront des choses à nous dire, des témoignages de cette tragédie qui continue et joueront pleinement leur rôle de "Voices in Kyiv".

Nous nous sommes promenés lentement dans la ville avec Catherine Gfeller. Nous avons marché et parlé. Elle m'écoutait, mais regardait la ville, comme si c'était Kiev qui lui parlait, pas moi. En vérité, c'était vraiment Kiev qui lui parlait, mais par le biais de ma voix et de ma perception. Pourtant, elle a vu une autre Kiev, la sienne. Et son Kiev, entendu, vu, reproduit dans les photos et les textes, me raconte de nouvelles histoires sur moi-même, me fait sourire et réfléchir. Chaque personne a sa propre vision des choses. Catherine Gfeller a une vision multidimensionnelle, elle raconte la ville qu'elle a vue et entendue comme quelque chose de plus grand qu'une simple ville, comme un monde spécial auquel on ne peut accéder que par la porte d'entrée, dont la clé est dans la main de Catherine.
Andreï Kurkov, Prix Médicis 2022

Extrait catalogue d'exposition "Voices in Kyiv", André Frère Editeur, 2018